accoucher naturellement

Les 3 choses essentielles pour accoucher naturellement

Comme vous le savez certainement j’ai accouché il y a deux mois de mon premier enfant, dans des conditions totalement naturelles.
Ce projet de naissance physiologique me tenait vraiment à cœur. C’était un rêve pour moi de vivre un accouchement tout naturel, que ma fille ait une naissance douce et au possible sans médicalisation.

N’ayant jamais accouché auparavant, je ne savais pas réellement si cela allait être possible, j’y croyais mais je m’autorisais une part de doute, l’inconnu amenant toujours de l’incertitude…

Aujourd’hui, je peux le dire, accoucher naturellement est ce que je pouvais nous offrir de mieux, à ma fille et à moi, pour ce jour fabuleux.
Je fais partie des femmes qui ont des étoiles dans les yeux quand elles parlent de leur accouchement, et j’en suis fière !

Je souhaite donc vous faire un petit retour d’expérience.

Peut-être que vous aussi vous espérez donner naissance à votre enfant dans les conditions les plus naturelles possibles !?

Mes “conseils” sont issus d’une expérience d’accouchement à la maison. Cependant je pense qu’il est d’autant plus important de mettre en place tout ceci lors d’un accouchement en structure, autant que cela est possible.

Je suis certaine que ces 3 choses ont été décisives dans le bon déroulement de mon accouchement, sa rapidité, et le souvenir magique que j’en retiens :

1- La bulle

Ceci est de loin LA chose la plus importante à mes yeux

Qu’est-ce que “la bulle” ? La bulle, votre bulle, est l’état dans lequel vous devez absolument vous trouver pour accoucher naturellement dans de bonnes conditions.
C’est un total lâcher prise. C’est votre instinct primaire qui parle et qui prend le dessus sur tout le reste.

On doit oublier tout ce qui nous entoure, se laisser aller, vivre totalement l’instant présent.

On oublie tout ?

Oui tout !

– On ne s’inquiète surtout pas de l’heure qu’il est,
– Notre compagnon doit être averti et doit éviter au maximum de nous solliciter et nous parler (sauf pour glisser des mots doux !),
– Dans la mesure du possible, on ne se soucie pas de l’avancée du travail, on laisse les professionnels surveiller cela.

Difficile d’entrer dans cet état !

Cela peut être difficile si les conditions autour de vous ne sont pas favorables.
Pour mettre toutes les chances de votre côté, je vous conseillerais de briefer votre compagnon un maximum. Si il mesure l’importance que cela a, il saura favoriser une atmosphère calme autour de vous et vous éviter des sollicitations inutiles.

Vous prévoyez d’accoucher chez vous ou en plateau technique ? Prenez soin de réfléchir à ce qui vous ferait plaisir le jour J. Et anticipez-le ! (Piscine d’accouchement, playlist de musique… etc.)
Si vous accouchez en structure, pensez au projet de naissance. Grâce à celui-ci, et si il est respecté, vous pourrez précréer votre bulle.

Voici quelques idées qui peuvent être inscrites dans votre projet de naissance et qui favorisera cette atmosphère favorable :
(cette petite liste n’est absolument pas exhaustive !)

Lumière tamisée,
– Eviter les allées et venues inutiles,
– Eviter le les auscultations du col à répétition,
– Que le personnel s’adresse à votre compagnon plutôt qu’à vous sauf information d’une importance capitale,
Liberté de mouvement et de position.

Le jour J, ne vous torturez surtout pas l’esprit à essayer d’atteindre cet état de lâcher prise !
Seulement, laissez vous aller totalement…

2- La confiance

Pour construire cette bulle, il est essentiel de se sentir en totale confiance.

Faites-vous confiance

Des milliards de femmes l’ont fait avant vous. Votre corps est prévu pour ça, faites vous confiance ainsi qu’à votre corps. Il faut savoir qu’environ 90% des accouchements ne nécessitent  aucune médicalisation.

Ne vous laissez pas décourager pendant votre grossesse. Des femmes de votre entourage vont certainement vous faire peur, vous mettre le doute, en vous faisant part de leurs propres expériences mais surtout de leurs propres peurs. Laissez-les dire mais ne les laissez pas mettre à mal votre confiance en vous !
Sinon adoptez simplement la discrétion et évitez de confier votre projet d’accoucher sans péridurale, ou choisissez à qui vous en faites part. Je vous assure que parfois il vaut mieux éviter la discussion ! Les angoisses sont malheureusement très contagieuses…

Confiance en l’équipe médicale

L’idéal est évidemment de connaitre la ou les personnes qui vont vous accompagner lors de l’accouchement. Avoir instauré une relation de confiance au préalable vous aidera grandement à vous sentir bien et à vous laisser aller dans votre bulle en toute sérénité.
Cela va de soi, si vous n’avez pas entièrement confiance au personnel médical, comment laisser le sort de votre bébé dans leurs mains ?!

L’accompagnement global est idéal pour mettre en place cette confiance.

La personne qui vous accompagne

Que ce soit votre compagnon, votre compagne, un parent, un ami, la personne qui vous accompagne joue un rôle essentiel.
Je ne le réalisais pas avant d’avoir accouché mais aujourd’hui j’en suis convaincue.

C’est important que cette personne soit informée et en accord avec votre souhait d’accoucher naturellement, sans péridurale. Cette personne doit comprendre cette démarche, l’approuver, voire la défendre !
Pendant que je mettais au monde mon bébé, mon compagnon vivait cette naissance à 200% avec moi. C’était réellement une aventure à trois. Et ce soutien a été d’une puissance capitale pour moi. Ressentir sa confiance, son émotion, son investissement, son amour et son admiration m’a incroyablement portée et guidée.

3- Le positivisme

Bouleversement

Accoucher engendre inévitablement un bouleversement physique et psychique puissant.
Mais ce bouleversement ne se résume pas à “souffrance”.

Certaines femmes se refusent même à employer le mot douleur pour parler d’accouchement. Elles préfèrent évoquer une incroyable puissance.

J’ai personnellement ressenti une vive douleur. Mais cette douleur est sensée.
Comment pourrait-on extraire un enfant de son corps en deux minutes sans aucune sensation physique ?
Je crois qu’il est important d’avoir conscience que cela peut être ressenti comme de la douleur, mais l’accepter et la rendre positive :

– Ce bouleversement physique est aussi intense que le bonheur que je ressens à la venue au monde de mon enfant,
– Les sensations que mon corps me fait ressentir me guident pour aider mon enfant à naître,
– Mon corps me dit à quel moment pousser et à quelle intensité le faire. Ceci protège mon périnée des déchirures.

Bonheur

Voir son enfant naître, le mettre au monde, le découvrir, le rencontrer… Ce sont des moments tellement précieux !
On se retrouve au cœur de la vie et de l’amour.

En avoir conscience et savourer ces sensations est essentiel. Et en plus d’être délicieux, positiver et se focaliser sur ce bonheur extraordinaire ne peut que vous aider à passer facilement au travers des vagues puissantes que sont les contractions.

Fierté

N’oubliez pas d’être bienveillante avec vous-même.
Vous pouvez être fière de vous, maman en train d’enfanter.
D’autant plus si vous enfantez en respectant le cours naturel des choses.
Votre enfant est en train de vivre une naissance toute douce grâce à vous, grâce à votre puissance et à votre amour.

J’espère que cet article sera utile à toutes les mamans et futures mamans en quête de naissance naturelle.
Je suis personnellement extrêmement heureuse et fière d’avoir emprunté cette voie là lorsque ma fille est venue au monde.

J’attends vos réactions en commentaires Smile

Photo de skimpton007

  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  • 15
    Partages

Laisser un commentaire