Accompagnement global à la naissance

l’ACCOMPAGNEMENT GLOBAL à la naissance, c’est quoi ?

J’ai évoqué le sujet dans mon article sur le livre “Le guide de la naissance naturelle” , le choix du praticien qui nous accompagne durant la grossesse est très important et reflète le type d’accouchement que l’on souhaite.

Aujourd’hui en France, on peut faire suivre sa grossesse par :

– Une équipe médicale en hôpital ou en clinique

– Un gynécologue en ville

– Une sage-femme libérale

– Une sage-femme à la PMI (Protection Maternelle et Infantile)

Mon conjoint et moi avons choisi un suivi par une sage-femme libérale. Cette sage-femme pratique ce que l’on appelle “l’accompagnement global à la naissance” et c’est d’abord pour cette raison que nous sommes allés vers elle.

 

Le principe de l’accompagnement global

Le suivi de grossesse, l’accompagnement de l’accouchement et le suivi post-natal sont fait par une seule et même personne référente (généralement c’est plutôt deux personnes : les sages-femmes pratiquant l’accompagnement global s’associent à deux afin d’avoir des tours de gardes pour les accouchements -elles ont le droit d’avoir une vie privée tout de même Winking smile ).

Cet accompagnement fait aussi appel à la notion de prise en compte globale de l’être dans sa dimension physique, émotionnelle, affective et sociale. Votre sage-femme apprend à vous connaître durant votre grossesse. Vous apprenez à la connaître par la même occasion. Elle est votre référente et vous lui accordez votre confiance.

Et c’est elle qui est là pour vous aider à accoucher le jour J, elle qui vous connaît, et connaît votre projet de naissance sur le bout des doigts.

C’est absolument génial, non ?!

Et ce n’est pas tout ! Elle ne vous laisse pas tomber après la naissance de votre enfant. Elle peut ensuite continuer à vous suivre et à vous conseiller pendant plusieurs mois.

L’accompagnement global s’inscrit dans un projet de naissance naturelle, physiologique.

 

– Le suivi de grossesse

Consultations prénatales :

Vous rencontrez votre sage-femme chaque mois (avec le futur papa, si possible), pour un rendez-vous qui peut durer 1h30 ou 2h.

La sage-femme effectue le suivi médical “classique” de la grossesse et s’assure de son bon déroulement : surveillance de la tension artérielle et de la bonne évolution de l’utérus, auscultation du rythme cardiaque du bébé. Elle vous prescrit les prises de sang, les échographies, et autres analyses nécessaires et surveille vos résultats.

Durant ces rendez-vous, vous discutez de votre projet de naissance. Elle vous informe sur le déroulement de la grossesse et de l’accouchement. Elle prend le temps de répondre à toutes vos interrogations. En cas de problème ou de question importante entre deux rendez-vous, vous pouvez la contacter.

La sage-femme est formée à déceler les pathologies, mais pas à les traiter. Si elle rencontre une situation pathologique, elle vous renvoie vers un médecin compétent pour traiter cette pathologie.

 

Préparation à la naissance :

Elle assure également la préparation à la naissance. Cela peut prendre différentes formes, selon la sage-femme (préparation en groupe, haptonomie, yoga… etc.).

 

– La naissance

L’accouchement peut avoir lieu à domicile, en maison de naissance ou en plateau technique.

 

A domicile

Mettre son enfant au monde chez soi n’est pas illégal, rien ne nous oblige à accoucher dans un hôpital !

L’idée d’accoucher à la maison suscite souvent des craintes, de l’étonnement ou pire du mépris chez les “non initiés”. Ces personnes critiquent volontiers cette alternative mais ne connaissent rien à ce sujet !

Il est important de savoir que les sages-femmes pratiquant l’accouchement à domicile sont tenues de se référer à la Haute Autorité de Santé ainsi qu’à l’Organisation Mondiale de la Santé. Elles suivent également une charte qui définit un code de bonne pratique. Evidemment, elles sont diplômées, tout comme celles qui travaillent à l’hôpital. Elles sont équipées du matériel adapté et formées pour réagir à une urgence et la gérer.

Voici ce qu’en dit Sophie Gamelin-Lavois, consultante périnatale, dans la préface qu’elle a écrit dans le livre “Et si j’accouchais à la maison?” de Nathalie Jouat :

[…] L’accouchement à domicile est surtout une aventure qui se vit dans l’intimité et le luxe d’être accompagnée de “sa” sage-femme du début à la fin, voire davantage. L’accouchement à domicile ne se résume ni à un ”risque” (comme si l’hôpital en était dépourvu !), ni à une épreuve de douleur, comme pourrait se l’imaginer le quidam : “Mais alors, tu n’auras pas de péridurale ?” Les étapes vont se vivre au rythme de la naissance, permettant à la mère d’accéder aux ressources dont elle a besoin pour traverser cette tempête. […]

La naissance à domicile est un choix qui se fait en couple. La future maman doit être en bonne santé, et sa grossesse doit se dérouler “normalement”. Un accouchement qui a lieu à domicile sera obligatoirement un accouchement naturel non médicalisé, qui aura débuté de façon spontanée.

Voici une liste non exhaustive des raisons qui peuvent amener une sage-femme à refuser ou interrompre le projet d’accouchement à domicile, car elle estime qu’il n’est pas physiologique (Attention, cela peut différer un peu d’une sage-femme à une autre) :

– Présentation du bébé en siège (elle vous proposera différentes méthodes pour l’aider à se tourner avant de déclarer forfait !),

– Si vous faites du diabète, que vous avez une infection génitale particulière (herpès…), ou que vous présentez une anémie sévère,

– Retard de croissance de votre bébé,

– Césarienne antérieure,

– Si vous avez un placenta prævia,

– Si vous attendez des jumeaux (ou plus !),

– Accouchement sous péridurale,

– Si la naissance de votre enfant nécessite une césarienne ou l’utilisation des forceps ou de la ventouse,

– Domicile trop éloigné de l’hôpital,

– Si votre accouchement se déclenche avant 37 semaines d’aménorrhée ou ne s’est pas déclenché naturellement avant 42 semaines d’aménorrhée,

– Dans toute autre situation, si votre sage-femme juge cela nécessaire.

 

Votre conjoint et vous devez donc être préparés à l’idée qu’il est possible que votre sage-femme ne puisse pas assister la naissance de votre enfant. L’éventuel transfert à l’hôpital est toujours préparé, anticipé et discuté durant les consultations.

 

En plateau technique

Cela permet d’accoucher au sein d’un lieu médicalisé, mais en présence de la sage-femme qui vous a suivi en accompagnement global, à votre entière disposition.

En effet, certaines sage-femmes libérales ont accès au “plateau technique” de la maternité. Le jour de votre accouchement, vous la contactez. Elle vous rejoint en général chez vous, surveille votre travail et vous accompagne à la maternité. Une salle est prévue pour vous y accueillir.

La sage-femme a en général les mêmes limites médicales et les mêmes modes de fonctionnement que cité plus haut pour un accouchement à domicile. Cela ressemble beaucoup à un accouchement à la maison, sauf que l’on est déjà au sein de l’hôpital en cas d’urgence !

Généralement, cet accouchement aura lieu en salle “nature”, démédicalisée. Cela dépend cependant des sages-femmes et des accords qu’elles ont avec la maternité.

C’est le lieu de naissance que nous envisageons, mon conjoint et moi. (Nous avons la chance que cela soit possible dans notre ville depuis quelques semaines !). L’accord que notre sage-femme a avec la maternité est le suivant :

– Accès à la salle nature, munie notamment d’un jacuzzi de dilatation Smile (sauf si elle est déjà occupée),

– Respect de certains protocoles de l’hôpital (monitoring régulier, timing respecté… etc.),

– Passage de relais à l’équipe hospitalière en cas de : péridurale, césarienne, forceps, ventouses.

Après l’accouchement, nous ne sommes pas tenus de rester sous surveillance à la maternité. Nous sommes libres de partir quand nous le désirons (nous sommes tenus de rester 3h sous surveillance). Notre sage-femme restera avec nous pendant minimum deux heures après la naissance, pour s’assurer que tout va bien.

Les avantages principaux du plateau technique :

– Accompagnement global, choix possible d’un accouchement naturel,

– Sensation de sécurité en étant au sein de l’hôpital,

– Un praticien qui ne s’occupe que de vous (en maternité classique, une sage-femme gère plusieurs accouchements simultanément),

Salle d’accouchement démédicalisée et intime (personne d’autre que vous, votre conjoint, et votre sage-femme n’entre, sauf en cas de nécessité médicale).

Je ne sais pas si c’est une pratique commune mais notre sage-femme s’engage à continuer à nous accompagner quelques heures après avoir passé le relais au personnel hospitalier, si cela s’avère nécessaire le jour J. Elle nous aidera à communiquer notre projet de naissance et nous soutiendra pour la suite.

L’accouchement en plateau technique est un compromis que je trouve vraiment séduisant ! Si ma grossesse se déroule “normalement” et que tout se passe comme prévu, je pourrai témoigner concrètement sur le sujet dans quelques mois Winking smile.

 

En maison de naissance

Malheureusement, les maisons de naissance, qui sont pourtant populaires dans d’autres pays sont encore rares en France. Mais si vous avez la chance d’en avoir une près de chez vous, sachez qu’elles fonctionnent sur le principe de l’accompagnement global. Ces établissements ne comptent aucun médecin et aucune médicalisation. Le seul personnel médical présent : des sages-femmes, qui assurent le suivi et l’accouchement des futures mamans.

Ce sont des maisons pour accoucher comme à la maison. Elles sont liées à un hôpital pour intervenir en cas de nécessité.

Les principes d’un accouchement en maison de naissance se calquent totalement à ceux d’un accouchement à domicile. Ce choix s’inscrit également dans un projet de naissance naturelle.

 

– Les soins postnataux

Votre sage-femme vous propose ensuite de vous accompagner dans vos premiers pas de jeunes parents.

– Elle vous soutient et vous accompagne pour l’allaitement (si vous choisissez d’allaiter),

– Vous aide à rééduquer votre périnée,

– Elle est là pour répondre à toutes vos interrogations, elle peut vous conseiller,

– Votre sage-femme est à même d’effectuer la surveillance de croissance de votre bébé, à condition que vous l’emmeniez chez un médecin pour certaines visites obligatoires.

 

Mais, est-ce que ça coûte cher un accompagnement global ?

Votre organisme d’assurance maladie rembourse à 100% l’ensemble des consultations et rendez-vous nécessaires. Autrement dit, que vous alliez voir un gynécologue ou autre revient au même.

Cependant, comme tout praticien, chaque sage-femme est libre de pratiquer des dépassements d’honoraires.

Il faut savoir que la pratique de l’accouchement en plateau technique comme à domicile représente un coût en assurance exorbitant pour la sage-femme. (Vous pouvez être assurés que si une sage-femme le pratique, c’est par conviction et par passion et pas pour l’argent). Elle s’engage en plus à une disponibilité permanente. En plateau technique, elle doit également s’acquitter de frais de location.

Il est donc fréquent, et cela me paraît normal, qu’elle pratique un dépassement d’honoraires. Cela semble représenter environ 500€ en moyenne. Cette somme couvre l’ensemble de l’accompagnement global, dont l’accouchement, au cours duquel elle peut passer plusieurs jours (et nuits) à vos côtés.

 

Alors, tenté(e)s par l’accompagnement global ?

Je pense que vous l’avez compris, je suis personnellement absolument conquise par ce suivi de grossesse ! D’autant que ma sage-femme répond entièrement à nos besoins. Ses pratiques correspondent parfaitement à notre projet de naissance.

Ce n’est malheureusement pas encore possible dans tous les recoins du pays mais cela se développe de plus en plus.

J’aimerais beaucoup que vous partagiez en commentaires vos avis et vos impressions sur le sujet.

Avez-vous déjà expérimenté l’accompagnement global ? Qu’en retirez-vous ?

L’envisagez-vous ?

Au contraire, cela ne vous convient pas ? Pourquoi ?

Vous regrettez de l’avoir fait ou de ne l’avoir pas fait ?

Merci Smile

 

Photo de Cyril Galline

  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  • 15
    Partages

2 réflexions au sujet de « l’ACCOMPAGNEMENT GLOBAL à la naissance, c’est quoi ? »

  1. Salut Fanny,
    comme expliqué dans mon article sur l’accouchement naturel (https://heureux-sans-couches.com/accouchement-naturel/), j’ai été suivie par une sage-femme en accompagnement global pour ma fille. Je ne regrette pas ce choix d’AG mais plutôt le choix de la sage-femme en question. Je voulais vraiment accoucher naturellement et ce n’était possible qu’avec elle, à l’époque. Je ne me suis pas assez écoutée, ni assez écouté mon conjoint qui n’avait pas une parfaite relation avec elle pour que tout aille pour le mieux.
    Elle se sentait trop seule et avait souvent l’impression de porter le poids du monde sur les épaules. Il faut dire que les sage-femmes proposant un accompagnement global avec accouchement en plateau technique (voire à la maison) sont mal vues, malmenées, tiraillées entre des sentiments contraire et donc maltraitées, surtout si elles ne sont pas en binômes.
    Bien-sûr, à refaire, je retente l’accouchement naturel mais peut-être en “cherchant” mieux les autres possibilités qui s’offrent à moi.
    Être bien informée et avoir la possibilité de faire ses propres choix ne devrait pas être un privilège mais un droit pour toutes les femmes enceintes. C’est encore loin d’être le cas…
    Je veux absolument que mes choix soient respectés et malheureusement, si j’accouche à l’hôpital, j’ai bien peur que ce ne soit pas totalement le cas. Revivre encore des violences obstétricales serait un pur échec!
    Merci à toi Fanny pour cet article 🙂
    Natacha

    1. C’est clair. Ce qui prime c’est de se sentir totalement bien humainement avec sa sage-femme, et en accord avec ses pratiques.
      Lui faire confiance et ressentir son soutien est essentiel, j’en suis persuadée…
      Je connais effectivement cet article que tu as écrit, et c’est très formateur de s’imprégner des témoignages de celles qui sont déjà passées par là ! Merci de nous avoir conviés dans cette intimité précieuse…

Laisser un commentaire