Plantes accouchement

Des plantes pour mon accouchement [article de Loïc Plisson]

Je suis ravie de vous offrir aujourd’hui un article signé par Loïc Plisson du blog Se soigner autrement. La mission que s’est donnée Loïc est la suivante :
“Aider les personnes qui veulent prendre soin d’elles au quotidien avec les plantes. Trouver le remède qui vous correspond. Par le bon-sens et la connaissance de pratiques simples, efficaces et sans risque.”

Aujourd’hui nos blogs se rencontrent sur la thématique très intéressante des plantes lors de l’accouchement.
Je vous laisse découvrir ses précieux conseils…

 

 

L’accouchement, ce moment à la fois attendu et parfois redouté. Les plantes peuvent nous aider à vivre un accouchement plus serein. Voyons comment les choisir.

 

Choisir une préparation toute faite ?

Toujours plus

De plus en plus de laboratoires vous proposent des synergies toutes faites pour “faciliter l’accouchement”. Elles présentent toutes le même problème.

Dans un souci de bien faire, d’être efficace sur le plus de monde possible et d’impressionner par leur complexité, les laboratoires vont mélanger jusqu’à 6 voire 10 plantes différentes. Des huiles essentielles, des teintures mères, des élixirs floraux, etc. tout y passe.Le choix des préparations toutes faites est exponentiel... sont-elles vraiment bonnes pour votre grossesse ?

Au final, l’odeur peut quelquefois laisser à désirer et surtout l’action est moins précise, moins efficace. Sur le papier toutes ces plantes pourraient être utile, mais quand on cherche à correspondre à tout le monde en même temps. On ne correspond à plus personne.

Faire simple

La grossesse et l’accouchement sont et restent des moments pleins de mystères. Leur grande complexité impose d’être modeste. Et quand il s’agit de plante, cela veut aussi dire qu’il faut être simple.

Inutile d’avoir des préparations extrêmement élaborées. L’important est que vous soyez bien, vous ! Car c’est vous qui êtes au centre, au cœur de l’accouchement. Vous et votre enfant.

Et si les huiles essentielles ou les hydrolats doivent vous accompagner, elles doivent être discrètes, faire ce qu’on leur demande et laisser la place !

 

Choisir une huile essentielle ou un hydrolat de qualité

Une huile essentielle est obtenue par la distillation à la vapeur d’eau de tout ou partie d’une plante aromatique. Suite à cette distillation, nous obtenons une huile essentielle ainsi qu’un hydrolat (ou eau florale).

Bien que les indications puissent se ressembler, les usages sont très différents ; ne remplacez jamais une huile essentielle par un hydrolat et inversement.

La qualité des huiles essentielles peut être très variable. Voici les critères de choix de base d’une huile essentielle de qualité thérapeutique :

  • 100% pure et naturelle
  • 100% intégrale
  • chémotypée (Label HECT ou HEBBD sur l’étiquette)

L'étiquette vous fourni toutes les inforamtions importantes sur votre produitLe chémotype de l’huile essentielle est sa signature chimique. Il dépend de la variété de la plante, de l’organe distillé, du biotope ainsi que des conditions atmosphériques et de cueillettes. Il est impératif de respecter le chémotype pour une utilisation sûre et efficace des huiles essentielles.

Afin de s’assurer de l’innocuité de la synergie ou de l’huile unitaire que vous souhaitez utiliser ; vous devez, lors de la première utilisation, tester votre tolérance. Pour ce faire, vous appliquerez une « petite » goutte dans le creux du coude et patienterez 10 à 20 minutes. En l’absence de réaction, vous pourrez utiliser le produit selon la posologie recommandée. Je vous conseille de faire ce test au moins plusieurs jours avant l’accouchement.

Le label bio n’est pas une « obligation » pour que l’huile essentielle soit de qualité thérapeutique (pour savoir pourquoi rendez-vous ici)

 

Les hydrolats sont plus délicats à trouver. Certains magasins bio en proposent de plus en plus. La mention bio (ou sauvage) doit être présente car il n’y a pas les mêmes contrôles que pour les huiles essentielles. Il est impératif qu’il y ait noté “100 % pure”. De plus en plus de laboratoires proposent des hydrolats en tant que cosmétique et ajoutent des conservateurs.

 

Les huiles essentielles se gardent de nombreuses années, tant qu’elles sont bien fermées et à l’abri de la chaleur. Les hydrolats se conservent 3 à 6 mois dans une pièce fraîche (au pire dans le frigo !)

 

Dans les jours qui précèdent le terme…

L’hydrolat de cannelle de Ceylan (Cinnamomum Zeylanticum éc.) est particulièrement recommandé.Préparer le termes avec une eau florale

Durant les 10 jours avant le terme, versez 1 cuillère à soupe dans une bouteille d’eau que vous buvez dans la journée.

S’il y a dépassement, vous pouvez continuer encore pendant 10 jours.

Cet hydrolat a une action stimulation générale et tonifie l’utérus, sans le déclencher prématurément.

Attention : il ne sert à rien d’augmenter les doses. 1 cuillère à café suffit.

 

Quand le travail commence !

Quelques soient vos choix les huiles essentielles vous accompagnent dès que le travail commence.

Si je choisis la péridurale

Si vous choisissez la péridurale ou que vous y êtes contrainte, et qu’elle vous inquiète quand même un peu, vous profitez de la puissance des huiles essentielles pour accueillir votre enfant.

Cette synergie :

    • HE Camomille Noble (Chamaemulum Nobile) 10 gouttes
    • HE Marjolaine des Jardins (Origanum Majorana) 5 gouttes
    • Huile végétale d’argan 1 cuillère à soupe

Dès que le travail commence, ou si un déclenchement est programmé 24h avant, vous appliquez 5 gouttes de cette synergie sur les lombaires (zone de l’injection). Vous répétez cela toutes les 6 heures, jusqu’à l’appliquer au plus près de la péridurale (15 minutes avant).

Dans l’heure qui précède, vous en prendrez 4 gouttes sous la langue et 4 gouttes sur le plexus solaire en remontant vers le sternum (entre les seins).

 

Quand les contractions sont trop faibles

S’il s’agit de votre premier enfant, que vous avez vécu un accouchement traumatique, ou pour plein d’autres raisons… vos contractions peuvent être un peu faible. Une fois de plus les huiles essentielles viennent à votre secours.

L’accouchement est un moment qui bouscule la vie d’une femme à bien des égards. La perception olfactive ne fait pas exception. Une odeur que vous appréciez habituellement, voire même qui vous a accompagné tout au long de votre grossesse, peut vous sembler insupportable lors de votre accouchement.

Il existe 2 huiles essentielles qui sont particulièrement intéressantes pour augmenter l’efficacité des contractions :

  • le Clou de girofle / Giroflier (Eugenia Caryophyllus)
  • le Palmarosa (Cymbopogon Martini)

    Le clou de girofle, une odeur que l'on aime ou qui nous rebute...

J’ai proposé à ma femme ces huiles essentielles lors de ses 3 premiers accouchement (le 4ème… je n’ai pas eu le temps !) et à chaque fois, elle a réagi différemment. Rien ne vous permet de savoir à l’avance celle que vous choisirez.

Je vous conseille donc d’avoir ces 2 huiles essentielles avec vous.

 

Il y a plusieurs façons de les utiliser.

  • Soit vous utilisez l’une ou l’autre, à raison de 1 goutte dans 4 gouttes d’huile végétale d’argan, en massant le bas du dos et le haut des fesses, régulièrement (toutes les 20 minutes en général)
  • Soit vous mettez une goutte de chaque dans 4 gouttes d’huile d’argan, en massant le bas du dos et le haut des fesses, régulièrement (toutes les 20 minutes en général)

 

Créer une ambiance

Vous pouvez utiliser l’une ou l’autre de ces 2 huiles pour créer une ambiance olfactive. En fonction de votre envie du moment bien-sûr.

Je déconseille d’utiliser un diffuseur qui laissera une marque olfactive puissante. De pus il est bien souvent oublié et diffuse beaucoup trop longtemps !

L’idéal est soit d’utiliser une pierre poreuse ou encore mieux une pomme de pin. Vous déposez 5 à10 gouttes de l’huile essentielle à proximité de vous. L’ambiance olfactive sera alors subtile et propice à vous accompagner.

Vous pouvez ajouter à l’une ou à ces 2 huiles essentielles , de l’huile essentielle de Camomille Noble (Chamaemulum Nobile), si le cœur vous en dit.

 

Préparez vos flacons

Si vous faites le choix de la maternité, ou d’une clinique, je vous conseille de mettre les flacons dans un petit sac à part qui pourra rester près de vous. C’est une lourde tâche que vous pouvez confier au papa : être le gardien de votre bien-être !Avoir ses flacons prêts évite linquiétude des derniers moments !

Il est préférable que ce soit lui, ou un accompagnant, qui vous applique les huiles essentielles. Ainsi vous ne risquerez pas d’en avoir sur vos mains au moment où vous accueillez votre enfant.

 

Si c’était le cas, il faudrait vous laver les mains avant de le prendre dans vos bras… Vous avez bien d‘autres choses à faire !

 

Pour prendre soin de vous avec les plantes, retrouvez-moi sur Sesoignerautrement.net

Prenez soin de vous,

Loïc

 

PS :

Les informations de cet article ne peuvent se prévaloir au titre d’ordonnance.

Bien que son contenu soit le fruit d’une pratique éprouvée, je suis dans l’obligation de décliner toute responsabilité quant à votre utilisation sur vous-même ou une autre personne.

Je vous invite, en cas de doute et pour poser un diagnostic, à vous référer à votre médecin.

  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  • 3
    Partages

Laisser un commentaire