Les bébés ont-ils réellement besoin de porter des couches ? – HNI

Les bébés ont-ils réellement besoin de porter des couches ? – HNI

En France, les enfants portent des couches, généralement jusqu’à 2 ans environ.
Dans notre culture, cela est simplement normal et il nous semble qu’il est impossible de faire autrement.
Ainsi nous construisons des montagnes de déchets. En cause : l’incontinence des enfants.

Pourtant, environ 60% des bébés de ce monde ne portent pas de couches !
En Chine, en Afrique, en Inde, au Japon, et dans de nombreux autres pays, les bébés ont le derrière libre.  Winking smile
Bon, pas tous les bébés, car l’industrie de la couche incite malheureusement petit à petit les parents à changer leurs habitudes et de ce fait à oublier leur “savoir-faire”.

Ma petite luciole porte des couches (lavables) mais nous pratiquons d’une certaine façon ce que l’on appelle :“l’hygiène naturelle infantile” (= HNI), depuis sa naissance.
Elle a 8 mois et demi et depuis ses 7 mois environ, elle ne fait plus de selles dans sa couche et les mouille de moins en moins.

Vous vous demandez comment c’est possible ?
Je vous dévoile ici nos petits rituels, qui permettent à notre fille de faire ses besoins aux toilettes, et avec le sourire Smile.

 

 

 

L’élimination est un besoin

…au même titre que le sommeil et l’alimentation.

Quand un bébé a sommeil, souvent ils se frotte les yeux. Certains se frottent les oreilles. D’autres baillent aux corneilles.

Et le votre que fait-il ?
Je suis certaine que vous savez décoder ses signes.

Très tôt, en tant que parent, on apprend à comprendre les signes de son enfant pour pouvoir répondre à ses besoins.

Depuis toute petite, ma fille fait le “pic vert” contre ma poitrine pour me signifier qu’elle veut téter !
Je le sais, c’est instinctif.

 

Mon enfant me signifie t-il qu’il va faire pipi ou caca ?

Ce besoin-là, on oublie bien trop souvent d’en décoder les signaux.
Pourtant certains parents, particulièrement observateurs et attentifs, instaurent cette communication.
Il semble donc que les bébés signifient leur besoin d’élimination…

 

 

Les signes annonciateurs

Chez nous

Personnellement, je ne suis pas encore parvenue à percevoir des signes de ma fille annonçant qu’elle va faire pipi.
Par contre, je sais bien reconnaitre son besoin d’aller à la selle :

1- Elle attire mon attention.

2- Dès qu’elle a mon regard, elle émet des sons simulant qu’elle pousse pour faire caca !

3- Si je ne réagis pas, elle râle et recommence la deuxième action dès que je suis plus attentive.

Quand elle était un peu plus petite, c’était souvent les gaz qui m’indiquaient la suite !
Un peu comme le premier pétard d’un feu d’artifice. Rolling on the floor laughing

 

Chez les autres

Chaque enfant est différent et c’est à chaque parent d’observer ses signes particulier.
Je pense que l’idéal est de ne s’attendre à rien et de s’octroyer une phase d’observation, cul nu si possible (votre bébé, pas vous Be right back).

 

 

La position physiologique

J’ai décodé les signes ! Et après ?

Lorsque votre enfant vous signifie son besoin d’éliminer, à vous de l’inviter à se soulager dans un endroit approprié.
Il est primordial que pour ce faire il soit dans une position physiologique.

 

Quelles positions adopter ?

Il existe différentes positions dites physiologiques pour accompagner l’enfant à éliminer.
L’idée est qu’il soit dans une position confortable et adaptée à l’élimination.

Il peut être allongé dans les bras, ou sur le bras.
Mais je vous avoue n’avoir jamais réussi à adopter ces positions là, ma fille ne semblant pas adhérer.

La position que nous utilisons est la plus répandue.
Et elle me semble être la plus logique, la plus efficace.

Vous portez votre bébé dos contre votre ventre, jambes repliées, vos mains sous ses genoux.
Ainsi votre bébé est comme accroupi.
Tout ça au dessus d’un réceptacle tant qu’à faire !
C’est la position la plus physiologique pour aller aux toilettes, malgré notre habitude de nous assoir pour ce faire…

 

Rituels

Un moment agréable

Lorsque l’on pratique l’HNI, on instaure une communication fine qui renforce la relation de confiance.
Les moments où vous invitez votre enfant à éliminer vont se répéter souvent et quotidiennement pendant de nombreux mois, il est donc important que ce moment soit agréable pour vous.

Et surtout, il est primordial qu’il le soit pour votre enfant.
La répétition vous mènera naturellement à des petits rituels.
Chez nous, le plan de change étant accolé au lavabo, c’est celui-ci que nous utilisons comme réceptacle. Et au-dessus du lavabo, se trouve un miroir.
Ma fille a donc pris l’habitude de se sourire et de sourire à la personne qui la porte (son papa ou moi-même) à travers le miroir.

Depuis sa diversification alimentaire, il n’est plus possible de faire partir ses selles dans le lavabo !
J’ai donc tenté de changer nos habitudes en la mettant directement au-dessus des WC.
Eh bien, croyez moi ou non, le miroir nous manque à toutes les deux !!!

 

Proposition spontanée

A chaque fois que je change ma fille, je lui propose d’éliminer en la postant au dessus du lavabo en position physiologique.
Je n’attends donc pas nécessairement qu’elle m’ait signalé son besoin.
Evidemment, je propose mais je n’attend rien de particulier.
Je ne manifeste rien de spécial si elle ne fait rien ! Je pense que c’est important.

Et finalement c’est très fréquent qu’elle fasse ses besoins lors de ces propositions spontanées.
La position incite son corps à éliminer et le simple fait de se voir dans le miroir semble lui donner “l’idée” de vérifier si elle en a besoin !

J’ai remarqué que lorsque je l’ai dans les bras ou en écharpe et que l’on se trouve devant un miroir, elle a tendance à contracter ses muscles, à pousser !!!

 

Pourquoi pratiquer l’HNI ?

Vous l’aurez compris, l’HNI, à la base, c’est zéro couche.
Je ne la pratique donc que partiellement.

Mais je crois qu’il existe autant de façon de la pratiquer que de parents.
Et selon le pays dans lequel on vit, les mœurs et la météo font la pluie et le beau temps de l’HNI !
A chacun donc, de trouver sa façon de faire.

Mais dans tous les cas, ces pratiques ont de nombreux avantages, dont ceux-ci qui me paraissent les plus évident :

 

# C’est écologique et économique

Même si vous continuez à mettre des couches à votre enfant, il y a de fortes chances qu’elles soient moins souillées et donc vous en utiliserez moins.

Et l’HNI accompagnera votre enfant vers la “propreté” plus tôt et plus facilement.
Les enfants qui font dans leur couche depuis toujours mettent forcément plus de temps à acquérir le contrôle total sur leur élimination.

Moins de couches, c’est bon pour la planète et pour le porte-monnaie, qu’il s’agisse de jetables ou de lavables.

 

# Cela renforce la relation parent/enfant

Certains auront peut-être du mal à croire qu’une histoire de pipi/caca puisse avoir cet impact.
Testez et vous verrez !

 

# L’HNI favorise le bien-être de votre bébé

Avez-vous déjà imaginé la sensation que cela doit procurer à un bébé lorsqu’il fait caca dans une couche, assis par terre ?

Et pire, si personne ne s’en rend compte et qu’il reste dans son caca pendant de longues minutes voire de longues heures ?

Tout ça est en plus à l’origine de l’érythème fessier.
Et celui là si on peut l’éviter, bébé se sentira bien mieux !

 

# La pratique de l’HNI fait appel à l’instinct

Et je crois qu’il est urgent de (ré)apprendre à écouter notre instinct naturel.

 

Il semblerait que la maitrise des sphincters soit plus ou moins innée et que le port de couches soit coupable de l’incontinence des enfants :
Ainsi ils perdraient cette capacité, leur vessie s’en verrait même “atrophiée” jusqu’au réapprentissage de la “propreté” !

Finalement, je pense qu’il n’est pas absolument nécessaire de se soucier du pourquoi du comment.
Mais prendre conscience que l’élimination est un besoin et accompagner son enfant par la pratique de l’HNI ne peut qu’être positif et vecteur de bien-être et de bons moments.

Il va de soi que pour pratiquer l’HNI, passer tout son temps avec son enfant est idéal.
Mais je suppose qu’il est possible de trouver une petite routine qui fonctionne, même avec un bébé qui est gardé par ailleurs (et mieux : une nounou qui adhère !).

J’espère que cet article vous a plu !
J’attends vos réactions et vos retours d’expérience en commentaire avec impatience…

Si vous souhaitez en savoir plus à propos de l’hygiène naturelle infantile, je vous conseille vivement d’aller sur le blog spécialisé de mon amie Natacha : Heureux sans couches.

Photo de Brendan Humphreys from Pexels

  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  • 85
    Partages

Cet article a 2 commentaires

  1. C’est chouette d’en apprendre d’avantage sur le sujet ! Car honnêtement, j’en ai déjà entendu parler, lu des articles à ce sujet mais ils ne sont jamais vraiment concrets. Ici, tu dévoiles de réelles pistes.
    Je pense que ce n’est pas évident, au vu de notre culture et de nos modes de vie, de pratiquer H24 l’HNI mais je trouve ça super que tu aies appris à observer les signes de ta fille pour pouvoir lui proposer régulièrement. Un joli témoignage !
    A bientôt !
    Charlotte.

    1. Merci Charlotte 🙂 Je suis ravie que tu voies “de réelles pistes” dans mon article.

Laisser un commentaire

Fermer le menu

Recevez gratuitement votre journal de grossesse imprimable !

​Une création unique qui contient de nombreuses illustrations inédites.